Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TOP500 : le Japon occupe la première place avec son Fugaku alimenté par l'A64FX de Fujitsu
Qui a produit un HPL de 415,5 pétaflops, surpassant ainsi Summit

Le , par Bill Fassinou

67PARTAGES

12  0 
La 55e édition du TOP500, le classement des supercalculateurs les plus puissants du monde, est sortie hier. Selon le nouveau classement, le Japon arrache la première place avec son supercalculateur Fugaku, qui a produit un résultat High Performance Linpack (HPL) de 415,5 pétaflops, surpassant ainsi Summit désormais deuxième par un facteur de 2,8x. Fugaku est alimenté par le SoC A64FX à 48 cœurs de Fujitsu, devenant le premier système numéro un sur la liste à être alimenté par des processeurs ARM.

L'A64FX est considéré comme un processeur à usage général, mais surpasserait même les GPU de Nvidia et AMD sur la métrique très importante des performances par watt. L'A64FX a été expressément conçu pour alimenter le successeur du principal supercalculateur japonais, le K, qui a été mis hors service en août 2019. Fujitsu a livré tous les composants nécessaires au montage de son supercalculateur Fugaku, le remplaçant du K, qui a franchi la barrière de l’exaflop. Pour rappel, un exaflop correspond à un trillion (10 puissance 18) d’opérations en virgule flottante par seconde, soit 1000 pétaflops. Il est installé au "RIKEN Center for Computational Science (R-CCS)" à Kobe, au Japon.

Le numéro deux de la liste est Summit, un superordinateur construit par IBM qui fournit 148,8 pétaflops sur HPL. Le système comprend 4 356 nœuds, chacun équipé de deux processeurs Power9 à 22 cœurs et de six GPU NVIDIA Tesla V100. Les nœuds sont connectés à un réseau EDR InfiniBand double rail Mellanox. Summit fonctionne au Oak Ridge National Laboratory (ORNL) dans le Tennessee et reste le supercalculateur le plus rapide des États-Unis. Au numéro trois se trouve Sierra, un supercalculateur du Lawrence Livermore National Laboratory (LLNL) en Californie qui produit 94,6 pétaflops sur HPL. Son architecture est très similaire à Summit, équipée de deux processeurs Power9 et de quatre GPU NVIDIA Tesla V100 dans chacun de ses 4320 nœuds.


Sunway TaihuLight, un système développé par le Centre national de recherche chinois en ingénierie et technologie informatiques parallèles (NRCPC) tombe au quatrième rang de la liste. Le système est entièrement alimenté par des processeurs SW26010 Sunway 260 cœurs. Sa marque HPL de 93 pétaflops est restée inchangée depuis son installation au National Supercomputing Center de Wuxi, en Chine, en juin 2016.

En général, les performances agrégées de la liste sont désormais de 2,23 exaflops, contre 1,65 il y a six mois. La majeure partie de cette augmentation est le résultat du nouveau supercalculateur Fugaku numéro un. Globalement, le nombre de nouveaux systèmes sur la liste n'est que de 51, un niveau record depuis le début du TOP500 en 1993.

La Chine continue de dominer le TOP500 en ce qui concerne le nombre de systèmes, avec 226 superordinateurs sur la liste. Les États-Unis sont numéro deux avec 114 systèmes ; le Japon est troisième avec 30 ; la France en a 18 ; et l'Allemagne en revendique 16. Bien qu'ils arrivent en deuxième position pour le nombre de systèmes, les États-Unis continuent de devancer la Chine en termes de performances de globale avec 644 pétaflops contre 565 pétaflops pour la Chine. Le Japon, avec son nombre de systèmes considérablement plus petit, livre 530 pétaflops.

Au total, 144 systèmes sur la liste utilisent des accélérateurs ou des coprocesseurs, ce qui est presque le même que les 145 signalés il y a six mois. Comme cela a été le cas dans le passé, la majorité des systèmes équipés d'accélérateurs / coprocesseurs (135) utilisent des GPU NVIDIA. Le x86 continue d'être l'architecture de processeur dominante, étant présent dans 481 des 500 systèmes. Intel en revendique 469, avec AMD installé dans 11 et Hygon dans le dernier. Les processeurs ARM sont présents dans seulement quatre systèmes TOP500, dont trois utilisent le nouveau processeur Fujitsu A64FX, le dernier étant alimenté par le processeur ThunderX2 de Marvell.

Green500

Le système le plus économe en énergie du Green500 est le MN-3, basé sur un nouveau serveur de Preferred Networks. Il a atteint un record de 21,1 gigaflops / watt au cours de sa performance de 1,62 pétaflops. Le système tire son efficacité énergétique supérieure de la puce MN-Core, un accélérateur optimisé pour l'arithmétique matricielle. Il est classé numéro 395 dans la liste TOP500.

En deuxième position se trouve le nouveau supercalculateur NVIDIA Selene, un SuperPOD DGX A100 alimenté par les nouveaux GPU A100. Il occupe la septième position du TOP500. En troisième position se trouve le système NA-1, un système PEZY Computing / Exascaler installé chez NA Simulation au Japon. Il a atteint 18,4 gigaflops / watt et est en position 470 sur le TOP500.

Le système numéro neuf du Green500 est le supercalculateur Fugaku le plus performant, qui a fourni 14,67 gigaflops par watt. Il est juste derrière Summit en termes d'efficacité énergétique, qui a atteint 14,72 gigaflops / watt.

Source : TOP500

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Que pensez-vous de Fujitsu A64FX ? Va-t-il réussir à s'imposer sur le marché HPC ?

Voir aussi

Le Japon s'apprête à construire le supercalculateur le plus puissant au monde avec des puces « faites maison » qui pourraient rendre NVIDIA, Intel et AMD obsolètes sur le marché HPC

TOP500 : les USA conservent leur avantage en matière de performances, la Chine étend son nombre de superordinateurs et les supercalculateurs atteignent des vitesses plus élevées avec Linux

Les USA annoncent Summit, un supercalculateur de 200 pétaflops qui deviendrait ainsi le plus puissant au monde

Le Japon possèderait-il le superordinateur le plus puissant ? Regard sur le Top 500 à la lumière du benchmark HPCG

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de foxzoolm
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 16:26
AAAah je veux ca a noel...
peut etre que j'arriverais a jouer a MC a + de 10fps...
++
0  0