IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La plupart des entreprises commenceront à se préparer au quantique,
Dans les deux prochaines années, selon une enquête commandée par le cabinet de conseil EY

Le , par Bruno

2PARTAGES

4  0 
La plupart des organisations vont commencer à se préparer à l'informatique quantique dans les deux prochaines années. Mais certains restent sceptiques quant à sa mise en production dans un avenir proche. Les résultats d'une enquête intitulée "2022 Quantum Readiness", commandée par le cabinet de conseil EY, concernent les entreprises britanniques, mais il est probable que les conclusions s'appliquent également aux organisations internationales.

Selon EY, 81 % des cadres supérieurs britanniques s'attendent à ce que l'informatique quantique ait un impact significatif sur leur secteur d'activité d'ici sept ans et demi, et près de la moitié (48 %) pensent que la technologie quantique commencera à transformer les industries dès 2025.


La société canadienne Xanadu Quantum Technologies a annoncé récemment avoir réalisé une percée "majeure" avec un nouveau dispositif capable de surpasser n'importe quel superordinateur dans le monde pour une tâche particulière. Xanadu a annoncé qu'elle a conçu une puce quantique nommée Borealis qui a atteint un "avantage quantique", fournissant un résultat rapide qui va au-delà de la capacité actuelle des systèmes informatiques traditionnels. Borealis aurait réalisé en seulement 36 millionièmes de seconde une tâche qui prendrait en moyenne 9 000 ans à un superordinateur.

Les percées dans le domaine des ordinateurs quantique semblent se succéder sans cesse, mais la technologie peine à trouver son public. L'exploit de la société Xanadu est le dernier en date à démontrer la puissance de l'informatique quantique par rapport aux ordinateurs conventionnels, une idée apparemment simple que l'on appelle la suprématie quantique. En théorie, ce concept est logique. Contrairement aux ordinateurs classiques, qui calculent en séquence à l'aide de bits binaires - 0 ou 1 -, les dispositifs quantiques exploitent la complexité du monde quantique, où 0 et 1 peuvent exister en même temps avec des probabilités différentes.

Quant aux opposants qui affirment que la technologie quantique ne sera pas prête à être déployée de sitôt, le secteur souffre également d'un problème de battage médiatique, avec des capacités exagérées et même des accusations de falsification, comme dans le cas de la startup quantique IonQ, récemment accusée par Scorpion Capital d'avoir trompé les investisseurs sur l'efficacité de la technologie quantique.

Le rapport de Scorpion Capital, publié le 3 mai, fournit une évaluation rigoureusement cinglante de la technologie IonQ, qui est décrite comme « un jouet inutile qui ne peut même pas ajouter 1+1 », selon les expériences internes menées par des experts quantiques anonymes mais nombreux, engagés par Scorpion et détaillés de manière exhaustive dans le rapport complet.


La technologie de la société n'est pas la seule à être mise en cause. Scorpion Capital qualifie la startup de « petite entreprise à temps partiel dirigée par deux universitaires ».

Aujourd'hui, le cabinet d'avocats Glancy Prongay & Murray, basé à Los Angeles, a annoncé qu'il avait déposé une proposition de plainte en recours collectif contre IonQ, fondée sur les allégations du rapport Scorpion et y faisant référence. La plainte vise à représenter ceux qui ont investi dans des titres IonQ entre le 30 mars 2021 et le 2 mai 2022. La plainte comprend également un certain nombre de fausses déclarations et d'omissions présumées dans les documents déposés par la SEC et d'autres sociétés, ainsi que dans les documents de marketing et les sites Web publiés par la société cotée en bourse IonQ.

Le cours de l'action IonQ a chuté de 9 % à la suite de la publication du rapport Scorpion et a perdu environ 30 % au cours du mois dernier. La première et la plus accablante des allégations de l'action en justice est que, comme le résume le cabinet d'avocats, « IonQ n'a pas encore mis au point un ordinateur quantique de 32 qubits » et que son « ordinateur existant de 11 qubits souffre de taux d'erreur importants, ce qui le rend inutile ».

En plus de prétendre que l'ordinateur quantique phare de 32 bits n'a jamais existé et que le minuscule ordinateur dont ils disposaient était tellement sujet aux erreurs, et que la technologie n'était « pas accessible bien qu'elle soit disponible auprès des principaux fournisseurs de cloud ».

Joseph Reger, membre de Fujitsu, directeur technique pour l'Europe centrale et orientale et membre du Conseil de l'informatique quantique du Forum économique mondial, a déclaré qu'il se sentait un peu "chauffé" pour avoir dit que le quantique n'était pas encore au point.

« Les technologies pré-quantiques ou inspirées du quantique offrent des avantages impressionnants. Elles sont moins sexy, mais très puissantes. » Il a ajouté : « Certaines entreprises exagèrent les échelles de temps. Si l'informatique quantique est surestimée, nous risquons d'être confrontés au premier hiver quantique ».

Fujitsu développe elle-même des systèmes quantiques et a annoncé plus tôt cette année qu'elle travaillait à l'intégration de l'informatique quantique à la technologie HPC traditionnelle. La société a également dévoilé un simulateur quantique haute performance basé sur ses systèmes PRIMEHPC FX 700 qui, selon elle, servira de passerelle importante vers le développement d'applications d'informatique quantique à l'avenir.

La planification pour le quantum est à la traîne

Bien que la majorité des répondants à l'enquête prévoient une perturbation quantique d'ici 2030 ou plus tôt, les cycles de planification stratégique pour le quantique sont à la traîne. La plupart des organisations prévoient de commencer leur voyage quantique dans les un à deux ans à venir. Près des trois quarts (72 %) commenceront à planifier d'ici 2024.

Cela impliquera de recruter des personnes pour diriger les efforts en matière d'informatique quantique dans l'ensemble de l'organisation. Seules 25 % des organisations interrogées l'ont fait, mais 71 % espèrent nommer un spécialiste de l'informatique quantique au cours des deux prochaines années. Outre le recrutement de responsables, les personnes interrogées souhaitent mettre en place des équipes pilotes pour explorer le potentiel de l'informatique quantique pour leur entreprise : plus des deux tiers (68 %) espèrent l'avoir fait d'ici 2024, mais seulement 24 % l'ont déjà fait.

Parallèlement, EY affirme que les personnes interrogées étaient « presque unanimes » dans leur conviction que l'informatique quantique créera un niveau modéré ou élevé de perturbation pour leur propre organisation, leur secteur industriel et l'économie au sens large au cours des cinq prochaines années.

Malgré cela, l'enquête révèle que la planification stratégique de l'informatique quantique est encore à un stade embryonnaire pour la plupart des organisations, puisque seulement 33 % d'entre elles sont impliquées dans la planification stratégique de la manière dont l'informatique quantique les affectera et que seulement un quart a nommé des responsables spécialisés ou mis en place des équipes pilotes.

L'enquête menée en février-mars 2022 a porté sur 501 cadres basés au Royaume-Uni, occupant tous des postes de direction dans leur organisation, qui devaient faire preuve d'un niveau de compréhension au moins modéré (mais de préférence élevé) de l'informatique quantique. EY a déclaré qu'elle avait initialement approché 1 516 cadres, mais que seuls 501 d'entre eux répondaient à cette exigence, ce qui, en soi, en dit long.

Le responsable de l'informatique quantique chez EY, Piers Clinton-Tarestad, a déclaré que l'enquête révèle un décalage entre le rythme auquel certains dirigeants de l'industrie s'attendent à ce que l'informatique quantique commence à affecter les affaires et leur préparation à ces impacts.

« Maximiser le potentiel des technologies quantiques nécessitera une planification précoce afin de mettre en place des capacités organisationnelles réactives et adaptables », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il s'agit d'un défi car les progrès de la quantique se sont accélérés, mais ils « ne suivent pas une trajectoire régulière. »

Piers Clinton-Tarestad, responsable de l'informatique quantique chez EY UKI, a déclaré : « Cette étude révèle un décalage entre le rythme auquel les leaders de l'industrie s'attendent à ce que la quantique commence à transformer significativement les entreprises et leur préparation générale à son impact. L'optimisation du potentiel des technologies quantiques nécessitera une planification précoce afin de mettre en place des capacités organisationnelles réactives et adaptables ».

L'avantage concurrentiel et les cas d'utilisation de haute technologie sont les moteurs de l'optimisme quantique. Comme pour toute technologie naissante, les raisons d'investir dans l'informatique quantique sont variées et en cours de développement. Près de la moitié (47 %) des chefs d'entreprise pensent que des entreprises concurrentes s'efforcent de développer leurs propres capacités quantiques, ce qui pourrait leur conférer un avantage concurrentiel. Presque toutes les personnes interrogées (97 %) pensent que leurs concurrents s'intéressent actuellement à l'informatique quantique à un titre ou à un autre.

En termes de cas d'utilisation, l'application la plus prometteuse de l'informatique quantique prévue par les leaders du secteur est l'amélioration des opérations impliquant l'IA et l'apprentissage automatique. C'est particulièrement vrai pour les leaders des services financiers, de l'automobile et de la fabrication. La capacité de l'informatique quantique à accélérer la modélisation et les simulations informatiques est une priorité pour les acteurs du secteur de la santé et des sciences de la vie, tandis que les répondants du secteur des TMT ont cité son potentiel pour faire évoluer les méthodes existantes de cryptographie et de cryptage comme sa fonction la plus critique.

Le Dr Simon Plant, directeur adjoint pour l'innovation au National Quantum Computing Centre, a déclaré : « L'informatique quantique devrait permettre d'accélérer considérablement le temps de résolution de certaines tâches, en s'attaquant à des problèmes de calcul qui sont actuellement insolubles avec les technologies numériques classiques. Le rythme du développement s'accélère et la question est de savoir comment et quand - et non pas si - l'informatique quantique peut répondre à des cas d'utilisation pertinents pour l'industrie. Il y a un avantage à être le premier à se préparer à exploiter les capacités à mesure qu'elles apparaissent et à intégrer la résilience dans les plans d'avenir. »

Source : Ernst & Young

Et vous ?

Le résultat de cette enquête est-il pertinent ?
Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'éventuelle tromperie des investisseurs sur l'efficacité de la technologie quantique ?
La technologie quantique ne sera pas prête à être déployée de sitôt, partagez vous cet avis ?

Voir aussi

L'UE veut construire son premier ordinateur quantique dans 5 ans. Ce plan sera-t-il suffisant pour concurrencer les autres nations ?

Des chercheurs néerlandais ont créé le premier réseau quantique multinœuds, un pas de plus vers la construction d'un "Internet quantique" utilisant des particules enchevêtrées

IBM a atteint son plus grand volume quantique, passant de 32 à 64, depuis le début de l'année

IBM affirme que des milliers d'ordinateurs quantiques seront en vente d'ici 2025, avec 4 000 qubits, il représente un bond par rapport à son matériel actuel de 127 qubits

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/06/2022 à 9:29
Quand je lis "La plupart des entreprises" je trouve ça exagéré.

Je vois mal une PME se mettre au quantique alors qu'elle a juste besoin d'un ERP. et beaucoup de ces PME tournent bien mais ne peuvent pas faire des investissements sans réelle utilité.

Et puis l'IA on en parle beaucoup mais ce n'est pas encore très répandu je trouve. Donc l'informatique quantique peut prendre son temps
1  0