Les premiers serveurs IBM avec processeur POWER9
Les AC922 sont particulièrement prévus pour l'apprentissage profond, notamment avec PowerAI

Le , par dourouc05, Responsable Qt & Livres
Les premiers serveurs IBM avec processeur POWER9 : les AC922
sont particulièrement prévus pour l'apprentissage profond, notamment avec PowerAI

Les premières annonces, en 2016, donnaient déjà l’eau à la bouche : les nouveaux processeurs d’IBM, c’est-à-dire la génération POWER9, se mettent à concurrencer sérieusement les Intel Xeon haut de gamme pour toute une série de segments. En quelques mots, un processeur POWER9 embarque de douze à vingt-quatre cœurs (comme la nouvelle génération de Xeon), chacun pouvant exécuter quatre fils d’exécution (contre deux chez Intel). Au niveau de la bande passante en mémoire, les POWER9 disposent de huit canaux DDR4 pour un débit total de cent vingt gigaoctets par seconde, bien au-delà de la concurrence.

Dernière caractéristique intéressante, la variété de bus pour connecter des extensions : PCI Express 4, CAPI 2.0, OpenCAPI (les deux derniers étant spécifiques à la plateforme POWER) et NVLink 2.0 (uniquement pour les GPU NVIDIA). Ce dernier permet une bande passante de cent cinquante gigaoctets par seconde, mais aussi d’accéder directement à la mémoire centrale : l’impact en termes de performance pourrait être énorme. Côté PCIe 4, les extensions les plus utiles seront probablement des cartes réseau InfiniBand à deux cents gigabits par seconde (Mellanox ConnectX-6) et des FPGA de Xilinx (Ultrascale). Peu d’informations circulent sur les utilisations potentielles de CAPI et OpenCAPI, mais bon nombre d’entreprises font partie du consortium OpenCAPI (Mellanox, Google, AMD, NVIDIA, Xilinx, Western Digital ou encore Micron), ce qui laisse entendre un intérêt non négligeable.

IBM vient de dévoiler ses premiers serveurs utilisant ces puces POWER9, la gamme AC922 (deux processeurs par machine). Le marketing la destine principalement pour l'”intelligence artificielle” dans l’entreprise (un seul serveur pouvant héberger jusqu’à six cartes graphiques). D’ailleurs, IBM travaille sur des bibliothèques spécialement optimisées pour ses machines POWER9 avec processeur graphique NVIDIA connecté par NVLink, sous le nom de PowerAI : notamment, TensorFlow, Caffe et Chainer sont intégrés. Néanmoins, ces serveurs s’en sortiront pour toutes les applications qui doivent traiter de grosses quantités de données ou effectuer de très lourds calculs. IBM cite Kinetica comme application qui bénéficierait largement de cette plateforme : il s’agit d’une base de données accélérée par GPU.

Le premier déploiement de grande ampleur sera probablement Summit, un supercalculateur commandé par le Département américain de l’Énergie de deux cents pétaflops. Sa construction devrait être achevée l’année prochaine. Pour la génération POWER8, IBM prévoyait des serveurs spécifiques pour les superordinateurs, ce qui ne semble plus être le cas : de fait, les besoins en intelligence artificielle se rapprochent de plus en plus de l’évolution du marché des superordinateurs.

Source : IBM Launches Power9 Servers, Initial Offering Takes Aim at Enterprise AI.


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Responsable bénévole de la rubrique HPC : Thibaut Cuvelier -