Sortie de Julia 0.6
Le langage de programmation de haut niveau à haute performance a vu son système de typage complètement revu

Le , par dourouc05, Responsable Qt
Julia est un langage de programmation de haut niveau, dynamique, mais orienté applications de haute performance (surtout pour le calcul scientifique). Malgré son jeune âge (il est apparu pour la première fois au grand public en 2012), il a déjà réussi à fédérer une certaine communauté (on estime à 250 000 son nombre d’utilisateurs en 2017), dans bon nombre de domaines.

Sa version 0.6 est sortie, un peu moins d’un an après la précédente. Elle marque le dernier jalon avant la version finale : la 0.7 et 1.0 sortiront presque simultanément, la seule différence étant la gestion d’anciennes syntaxes et l’émission de messages correspondants pour la 0.7 (ce dont la 1.0 ne s’alourdira pas).

Le plus gros changement de Julia 0.6 concerne le moteur d’inférence des types, qui a été complètement réécrit pour être plus rapide, donner des résultats plus précis (ce qui permet d’optimiser le code exécuté) et permettre de nouvelles fonctionnalités. Ainsi, en définissant un nouveau type avec des paramètres (comme une classe générique dans bon nombre d’autres langages), on peut faire référence aux types des paramètres précédents. Par exemple, avec struct Foo{R<:Real, A<:AbstractArray{R}}, on définit un type Foo par rapport à un type particulier de nombres réels (comme Float64) et un tableau (dont les éléments doivent avoir le même type que mentionné précédemment).

Au niveau syntaxique, les mots clés pour définir des types ont été changés pour promouvoir par défaut des valeurs immuables : le code généré est bien souvent plus rapide, cela réduit le risque d’erreur lors de l’écriture du code, avec un impact souvent minime sur l’utilisateur. Ainsi, type devient mutable struct tandis que immutable devient simplement struct.

Pour la performance, les opérateurs et fonctions sont tous vectorisés automatiquement à l’aide d’un point : a .⨳ b est la syntaxe équivalente à l’application de l’opérateur ⨳ entre tous les éléments de a et de b. L’avantage principal est que ce mécanisme est géré au niveau du langage, il n’y a plus de traitement particulier des opérateurs vectorisés. Grâce à ce changement, l’écriture de code très optimisé sur des vecteurs devient très facile : pour évaluer une expression utilisant une série d’opérateurs vectorisés, Julia n’exécute qu’une seule boucle à travers les opérandes.

Voir aussi : les notes de version de Julia 0.6.


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Responsable bénévole de la rubrique HPC : Thibaut Cuvelier -